Clément Simon, Julien Dubois et Thomas Julienne, de gauche à droite.

Clément Simon, Julien Dubois et Thomas Julienne, de gauche à droite.

Jazz de création en nouvelle-aquitaine.

C’est en 2017 que germe l’idée d’un outil de promotion du jazz néo-aquitain. Inspirés par une diaspora foisonnante de jeunes musiciens venus faire leurs armes à Paris, désireux de profiter du cadre culturel exceptionnel de Bordeaux et sa région, trois amis décident de s’atteler à la tâche.

Saxophoniste, coordinateur du département Jazz du Conservatoire Jacques Thibaud, Julien Dubois est aux premières loges d’un bouillonnement créatif qu’il souhaite encourager. Clément Simon et Thomas Julienne, déjà riches d’une carrière de pianiste pour l’un, contrebassiste pour l’autre, formulent avec lui le constat qu’il manque encore un acteur capable de défendre une musique de création, un jazz à taille humaine formulé avec exigence, mais sans dogmatisme.

La forme du collectif s’impose comme la plus à même de fédérer les énergies, le cadre associatif permettant une grande liberté d’action. Convaincus de la nécessité de parler au plus grand nombre autant que d’intégrer à leur démarche les opérateurs existants, ils vont frapper à toutes les portes.

Les premiers résultats ne tardent pas : ce sera la programmation du MontreuilJazzFest en 2018-19, les soirées aux Disquaires puis au Rocher de Palmer en janvier 2019, avec le soutien de l’OARA.

Echange et expérimentation sont les maîtres mots : aux côtés de jeunes formations comme Isotope ou Theorem of Joy, DÉLUGE invite de grands noms hexagonaux tels que Pierre de Bethmann ou Leïla Martial.

A la recherche d’une structuration efficace dans un contexte d’intense reconfiguration du paysage musical, le collectif s’oriente vers la production/édition phonographique. Fin 2019 paraissent les premiers albums du JarDin et d’Alexis Valet, publiés sous le label DÉLUGE et distribués par Socadisc/Absilone.

L’aventure ne s’arrête pas là, puisqu’à partir de janvier 2020 DÉLUGE propose les soirées Diluviennes au Théâtre Inox, à deux pas de la place de la Bourse, une programmation mensuelle qui verra s’exprimer les talents locaux, avec le concours d’artistes chevronnés venus d’autres horizons.

Un festival de trois jours en avril viendra couronner cette initiative.